Sécurité privée : Des vigiles en danger

Tandis que le chiffre d’affaires du secteur grimpe, particulièrement depuis les attentats de 2015, les conditions de travail des agents de sécurité privée ne cessent de se dégrader.

Assis à son bureau, Alain Barougier peine à finir une phrase sans être coupé par la sonnerie de son téléphone. Le juriste à la retraite collabore avec l’Union nationale des syndicats autonomes (Unsa). Il aide les agents de sécurité privée dans leur lutte pour faire valoir leurs droits. Et ils sont nombreux à le solliciter. « En moyenne, je traite au moins cinq dossiers par jour », explique-t-il, avant qu’un agent ne l’appelle pour obtenir des conseils sur sa situation. « Depuis 2015, ça n’arrête jamais.…

Il reste 96% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents