Un cadeau aux lobbys et aux évangéliques

La décision du président états-unien est d’abord motivée par des facteurs de politique intérieure, au mépris de toute considération géopolitique.

Chaque jour apporte son lot de déclarations troublantes à la Maison Blanche. Le mercredi 5 décembre, flanqué de son vice-président, Mike Pence, comme pour marquer la solennité du moment, Donald Trump a reconnu officiellement Jérusalem comme la capitale d’Israël et indiqué son intention de transférer l’ambassade américaine de Tel-Aviv à la ville sainte. « Après plus de deux décennies d’exemptions, nous ne sommes plus proches d’un accord de paix durable entre Israël et les Palestiniens. Ce serait une folie…

Il reste 92% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Dîtes 33 !

Avec Politis accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.