Anne Georget : « Le doc, c’est l’antidote à Twitter ! »

Présidente de la prochaine édition du Fipa, réalisatrice exigeante, Anne Georget défend la singularité du documentaire et le service public, au moment où celui-ci est attaqué.

Elle en convient modestement et sans posture : pour sa présidence, le Festival international des programmes audiovisuels (Fipa) est passé d’une personnalité de la culture à une documentariste. Anne Georget succède ainsi à Caroline Huppert et à Didier Decoin, embrassant sérieusement la tâche et la fonction, pour un festival qui a su rester fidèle à l’esprit impulsé par ses fondateurs, il y a maintenant plus de trente ans, cherchant à livrer le meilleur de la télévision. « Avec la télé, analyse Anne Georget,…

Il reste 95% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le mythe du renouveau macronien dans les eaux troubles de la « raison d’Etat »

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents