Depuis 2000, les trop nombreuses victimes des violences policières

Recenser les morts dus à des opérations policières n'est pas aisé, mais une chose est sûre : il y a eu, depuis dix-huit ans, beaucoup trop de décès.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Recenser les victimes de violences policières n'est pas chose facile. Déjà car il n'existe aucuns chiffres officiels. Les collectifs des victimes, comme Urgence notre police assassine et le Collectif vies volées, ainsi que certains médias, établissent un décompte. Mais des questions subsistent. Faut-il comptabiliser les personnes écrasées par des trains ou des RER en voulant échapper à la police, comme Matisse et Sélom à Lille ? Et les personnes renversées par les véhicules des fonctionnaires dont fait partie Patrick Larose ? Que faire des affaires dont on ne sait rien alors que des lourds soupçons persistent, notamment dans le cas de Yacine à Aulnay-sous-Bois ? En croisant diverses sources, nous arrivons à 37 victimes depuis dix-huit ans. Un chiffre sans doute incomplet car il a fallu choisir parfois. Mais qui est de toute façon beaucoup trop élevé.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents