Le féminisme au-delà de l’économie

L’émancipation des femmes ne se réduit pas à celle du travail prolétaire.

Saisissons ce temps de la dénonciation des agressions envers les femmes pour revenir sur une discussion inaboutie au sujet de leur exploitation spécifique dans le monde du travail. En France, le salaire féminin moyen à temps plein reste inférieur de 18,6 % au salaire masculin moyen [1]. Le fait est établi, mais l’écart ne se résorbe toujours pas. Il s’accompagne même d’une discrimination dans l’attribution des postes à responsabilité. C’est la première forme de surexploitation par rapport à l’exploitation « moyenne » des prolétaires.

Il reste 85% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents