« À la trace » : Le mal des mères

Anne Théron et Alexandra Badea abordent la question de la maternité dans À la trace, un passionnant polar au féminin.

Si le règne des pères présente des signes d’effritement, qu’en est-il de la mère ? Après avoir travaillé sur le désir féminin à partir de Choderlos de Laclos dans Ne me touchez pas (2015), Anne Théron, artiste associée au Théâtre national de Strasbourg, décide de mener l’enquête. Mais, pour une fois, pas seule : avec l’auteure Alexandra Badea, connue pour ses pièces peuplées de personnages morcelés. « Pulvérisés », selon le titre de son texte le plus connu (L’Arche, 2012), et coincés dans des univers…

Il reste 86% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents