Assemblée nationale : LREM verrouille le débat

Le 1er février, les textes portés par les députés de la France insoumise ont vite été stoppés par La République en marche.

Michel Soudais  • 7 février 2018 abonné·es
Assemblée nationale : LREM verrouille le débat
© photo : FRANCOIS GUILLOT / AFP

Cinq textes pour une seule journée. Le menu présenté par les députés de la France insoumise (FI) dans le cadre de leur « niche parlementaire » était copieux. Trop assurément, si seulement un ou deux d’entre eux avaient été normalement discutés et amendés. Mais il est désormais établi, depuis les deux précédentes journées carte blanche attribuées en octobre et en janvier aux groupes Les Républicains (LR) et Nouvelle Gauche (NG), que de tels débats sur des propositions de loi qui n’émanent pas de la majorité ne peuvent être menés à terme. Ce qui s’est vérifié.

À lire aussi >> Une loi pour reconnaître le « burn-out » ?

Le 1er février, les 17 députés de la FI étaient tous dans l’hémicycle pour porter, réseaux sociaux à l’appui, leurs textes sur le burn out, le Ceta, le droit à l’eau, les contrôles d’identité ou la fin de vie, qualifiés par leur chef de file, Jean-Luc Mélenchon, de « propositions de bon sens ». Tous ont vite été stoppés par La République en marche (LREM). Elle avait notamment déposé contre trois propositions de loi, sous des prétextes divers, des motions de rejet préalable. Ainsi, tout en reconnaissant l’importance du burn out, le député macronien Guillaume Chiche s’est opposé à la poursuite de la discussion sur la reconnaissance des « pathologies psychiques résultant de l’épuisement professionnel » au double motif que celle-ci devrait être « le fruit d’une concertation entre les partenaires sociaux menée au sein du conseil d’orientation des conditions de travail », ce qui suppose un feu vert du Medef, et qu’il convient de faire confiance au gouvernement et à la majorité parlementaire déjà « mobilisés en faveur de la qualité de vie au travail ». Un procédé dénoncé par la FI et tous les groupes d’opposition.

Brigitte Kuster (LR) en a souligné le caractère « récurrent » qui coupe « court à toute discussion et à la possibilité d’étoffer et d’amender le texte ». Un « flagrant délit d’obstruction, inacceptable », « un déni de débat parlementaire », ont abondé respectivement le communiste Sébastien Jumel et le socialiste Boris Vallaud. Oubliée la promesse d’Emmanuel Macron, au lancement d’En marche !, de revivifier la démocratie. Ses députés rejettent systématiquement tout ce qui n’émane pas de l’Élysée. Comme le dit Pierre-Henri Dumont (LR), son « nouveau monde » se révèle « bien pire que l’ancien ». Emportés par leur élan, du moins préfère-t-on le croire, 3 des 37 députés LREM présents avant que le chronomètre n’interrompe l’examen de la dernière proposition de loi, « relative à l’euthanasie et au suicide assisté, pour une fin de vie digne », ont voté une motion de rejet déposée par Sébastien Chenu, député… FN.

Politique
Temps de lecture : 2 minutes

Pour aller plus loin…

Patrice Bessac : « Nous ne pouvons pas laisser la France à l’extrême droite » 
Entretien 24 mai 2024 abonné·es

Patrice Bessac : « Nous ne pouvons pas laisser la France à l’extrême droite » 

Le maire communiste de Montreuil alerte sur la possibilité de l’arrivée du Rassemblement national au pouvoir, ce qui créerait, selon lui, un « nouveau système politique » auquel « les maires seront les premiers confrontés ». L’édile de Seine-Saint-Denis en appelle à toutes les gauches en vue de la prochaine élection présidentielle pour sortir de la minorité.
Par Lucas Sarafian
Nouvelle-Calédonie : « La position de la France dans le Pacifique est fragile »
Entretien 21 mai 2024 abonné·es

Nouvelle-Calédonie : « La position de la France dans le Pacifique est fragile »

La directrice de l’Observatoire géopolitique de l’Indo-Pacifique à l’Institut de relations internationales et stratégiques, Marianne Péron-Doise, revient sur les enjeux régionaux de la crise calédonienne.
Par Patrick Piro
« Les Kanaks ne renonceront jamais à l’indépendance »
Nouvelle-Calédonie 21 mai 2024 abonné·es

« Les Kanaks ne renonceront jamais à l’indépendance »

Le gouvernement porte la responsabilité des violences en Nouvelle-Calédonie, accuse Dominique Fochi, secrétaire générale de l’Union calédonienne, principal parti indépendantiste du pays.
Par Patrick Piro
« Si la coalition des droites l’emporte, cela pourrait entraîner la plongée vers le chaos »
Entretien 21 mai 2024 abonné·es

« Si la coalition des droites l’emporte, cela pourrait entraîner la plongée vers le chaos »

La tête de liste des Écologistes tente de défendre ses propositions proeuropéennes, comme le fonds de souveraineté écologique ou le droit de veto social. Et dénonce l’extrême droite de Jordan Bardella.
Par Vanina Delmas