Chronique d’un conflit annoncé

C’est le grand défi des syndicats que de montrer dans quelle sorte de changement veut nous entraîner Emmanuel Macron.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


L’idée de célébrer le cinquantième anniversaire de Mai-68 avait, paraît-il, traversé l’esprit imaginatif d’Emmanuel Macron. On sait que son proche entourage l’en a finalement dissuadé. La récupération était un peu trop grossière pour abuser les plus candides de nos concitoyens. Mais voilà que l’hypothèse d’une « célébration » ressurgit. Pas exactement telle que la rêvait le président de la République, mais cette fois à son corps défendant. Car, si l’hypothèse d’une grève générale du côté du mois de mai 2018 est loin d’être la plus probable, celle d’un conflit d’ampleur n’est plus à écarter. Le Président, en tout cas, en prend le risque. En ajoutant le très impopulaire recours aux ordonnances à une déjà délicate réforme de la SNCF, il met les syndicats au pied du mur. La CGT, en particulier, va jouer sa peau dans un affrontement à peu près inévitable, quelle qu’en soit la forme. Mais, plus incompréhensible encore, il renvoie la CFDT, d’ordinaire si facile à circonvenir, dans le camp d’en face. L’annonce par le Premier ministre du recours aux ordonnances a été reçue comme une véritable « humiliation » – c’est le mot d’un de ses porte-parole – par la confédération de Laurent Berger.

Incompréhensible, disais-je, pas tout à fait. On a l’impression qu’Emmanuel Macron joue beaucoup plus dans cette affaire que le sort de la seule SNCF. Il vise l’affaiblissement durable du mouvement syndical. Il y a du « thatchérisme » dans son attitude. Reste à savoir si l’objectif politique du président de la République n’est pas au-dessus de ses moyens. Entendons-nous bien, je ne suis pas un fétichiste de Mai-68 et je ne crois pas que l’histoire se répète. Pour reprendre l’expression du sociologue Geoffroy de Lagasnerie, il faut cesser de guetter le « moment total », celui de la convergence des luttes [1].

L’implosion des grandes concentrations ouvrières rend désormais improbables de vastes mobilisations qui répondent à une unité de temps et de lieu. Mais s’il existe encore une catégorie professionnelle qui a cette capacité de résistance, et cette force d’entraînement, c’est bien les cheminots. L’enjeu du bras de fer qui se prépare est donc double. Il en va à la fois bien sûr du sort de la SNCF et de tout ce qu’elle symbolise de service public, et de la redéfinition du rapport de force social pour de longues années.

Emmanuel Macron spécule sur une opinion publique lasse des conservatismes et de l’immobilisme. Depuis huit mois, il parvient avec un certain bonheur à incarner le « mouvement ». Sa chance est de venir après une drôle de dynastie : un « roi fainéant », un matamore et un tartuffe se sont succédé à l’Élysée… La question est de savoir si la société est à ce point avide de changement qu’elle est prête à tout accepter. C’est le grand défi des syndicats que de montrer dans quelle sorte de changement veut nous entraîner Emmanuel Macron. L’enjeu, on l’a dit, c’est l’affaiblissement des corps intermédiaires, et la relégation de la représentation parlementaire, court-circuitée par les ordonnances. Et c’est la liquidation de l’idée même de service public. La réforme proposée par Jean-Cyril Spinetta est vertébrée par deux principes exclusifs : la rentabilité et la concurrence. D’où une privatisation rampante dans un secteur d’activité qui s’apparente à ce qu’on appelle un monopole naturel. Autrement dit, qui ne peut s’accommoder ni de la concurrence ni de la recherche de profits.

Tout opérateur privé arrivant sur ce marché aura en effet tendance à s’emparer des segments les plus rentables en délaissant les autres (l’entretien du réseau par exemple), et à se payer sur la bête, en l’occurrence l’usager, pour réaliser ses profits. Au cœur du conflit qui se profile, il y a évidemment le statut des cheminots, qui correspond exactement à ces notions de monopole naturel et de service public. L’offensive gouvernementale est malsaine en ce qu’elle cherche à diviser nos concitoyens. On l’a bien vu lorsqu’au Salon de l’agriculture Emmanuel Macron a opposé la situation des cheminots au sort des agriculteurs privés de retraites.

Aujourd’hui, apparemment, ce discours démagogique fonctionne : 69 % des Français seraient favorables à la suppression du statut [2]. A-t-on conscience que des opérateurs privés se comporteront ici comme ailleurs, en pratiquant la mise en concurrence salariale, la précarisation, et feront de la condition des futurs cheminots une variable d’ajustement budgétaire ? Ce qui n’est rassurant pour personne. En attendant, beaucoup de commentateurs tombent en pâmoison devant le sens tactique de Macron. La Blitz Krieg engagée par l’exécutif force leur admiration. Mais les enjeux ont une tout autre dimension. Aux syndicats et à la gauche politique d’en convaincre une opinion gavée de discours gestionnaires.

[1] Voir hors-série Politis en vente actuellement : « Que reste-t-il de Mai 68 ? »

[2] Sondage Harris Interactive pour RMC et Atlantico publié mardi.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents