Droit d’asile : La faute morale de Macron

Les politiques d’asile et d’immigration mises en œuvre par le gouvernement rompent avec la tradition de l’asile et font grincer des dents jusque dans la majorité.

Ingrid Merckx  • 21 février 2018 abonné·es
Droit d’asile : La faute morale de Macron
Distribution de repas à Calais, en février, par une association d’aide aux migrants.
© PHILIPPE HUGUEN/AFP

Le projet de loi « pour une immigration maîtrisée et un droit d’asile effectif » a fuité dans la presse avant d’arriver en conseil des ministres le 21 février. L’orientation était connue : des procédures plus expéditives, une répression accrue. Depuis plusieurs mois déjà, Gérard Collomb maintient cette ligne avec l’aval d’Emmanuel Macron, au risque d’une double conséquence : une rupture avec la tradition de l’asile en France et une fracturation de la majorité. En effet, tous les membres de La République en

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Société
Temps de lecture : 5 minutes