Mary Poppins vue par Duke Ellington

« Jazzy Poppins », spectacle musical créé par le Duke Orchestra en janvier, revient au Pan Piper à Paris pour trois jours.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Duke Ellington est tombé amoureux de Mary Poppins. En 1964, quelques jours après la sortie du film de Walt Disney, le pianiste, compositeur et chef d’orchestre a enregistré une version jazz de la bande originale : « Duke Ellington plays Mary Poppins ».

Cet album n’avait encore jamais été adapté sur scène. Le Duke Orchestra, orchestre dirigé par Laurent Mignard et considéré par la « Duke Ellington Music Society » comme le meilleur orchestre ellingtonien en activité, s’est attaqué aux arrangements. Il s’est adjoint l’aide d’une chanteuse et comédienne, Sophie Kaufmann, qui joue Jeanne. La petite fille du film est devenue grande et se souvient…

À lire aussi >> Les big band ont le blues

Plusieurs concerts ont déjà été donnés au Pan Piper à Paris début janvier. Le spectacle musical Jazzy Poppins revient au Pan Piper pendant trois jours, du 28 février au 2 mars, avec un invité supplémentaire : Fabien Ruiz, claquettiste (coach et chorégraphe du film The Artist).

Mary Poppins en version jazz avec quinze personnages de ramoneurs musiciens de haut vol, des solos inspirés, des textes en français, un numéro de claquettes, et la lecture discrètement philosophique et tout à fait percutante que le chef d’orchestre, qui s’improvise comique, fait de ce conte… Mieux vaut ne pas attendre que le vent tourne…


Haut de page

Voir aussi

Articles récents