Dossier : Ils bravent les lois anti-migrants : Les nouveaux Justes

Migrants : Les compagnons de l’ombre

Des citoyens témoignent de leurs initiatives pour épauler les exilés livrés à eux-mêmes. En toute humilité.

À l’entrée de Ouistreham, un grand rond-point sert de balise aux jeunes exilés et aux habitants prêts à leur tendre la main le temps d’un repas, d’une discussion ou d’une partie de foot. La nuit, ceux qu’ils surnomment « les copains » dorment dans un bois. La journée, ils guettent les camions qui filent vers le port. Les rêves d’Angleterre de ces jeunes Soudanais ne se sont pas encore évaporés. Si cette route alternative vers la Manche a toujours existé, le nombre d’exilés stagnant dans cette ville…

Il reste 94% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Décolonisation inachevée

Politique accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents