[POLITIS 30 ANS] 22 février 1990 : ténacité écolo

En 2018, Politis revisite chaque semaine l'une des couvertures de ses trente années d'existence.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Votre hebdo préféré se targue d’avoir, le premier, instauré une rubrique écologie (et pas « environnement » !) dans ses pages. Le 22 février 1990, vous étiez servis, huit pages, illustrées par Étienne Lécroart, d’une longue fiction signée Marie-Jeanne Berna qui imagine un Pierre bien décidé à chambouler ses habitudes pour adopter des « gestes verts », dirait-on aujourd’hui. Politis déroule ça en « dix commandements » pour une « conversion » dans une société où « dérèglement climatique » est encore synonyme de panne de thermostat.

Tout y passe, solaire, bio, vélo, etc. Ah oui, et : militez, secouez les politiques ! (Vous êtes bien dans Politis…) Mais filons page 37, qui relate les passes d’armes d’un certain Raymond Avrillier, élu à Grenoble. Écolo, alternatif et incroyablement pugnace. Ils sont deux avec Geneviève Jonot face aux 46 élus de la majorité Carignon (droite) sur 59 sièges. Vingt-quatre ans plus tard, en avril 2014, la liste Piolle, dont Avrillier, envoie 41 écolos à la municipalité.

À lire aussi >> Politis fête ses 30 ans !

© Politis


Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents