Clotilde Vautier

En 1968, Clotilde Vautier mourrait à 28 ans des suites d’un avortement clandestin. Les Amis du peintre Clotilde Vautier organisent plusieurs manifestations en souvenir de « Celle qui voulait tout ».

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


En 1968, Clotilde Vautier mourrait à 28 ans des suites d’un avortement clandestin. Peintre, elle développait une œuvre marquée par le cubisme, comme on a pu s’en rendre compte dans le beau documentaire, Histoire d’un secret (2003), que lui a consacrée sa fille, la cinéaste Mariana Otero. Les Amis du peintre Clotilde Vautier, en association avec deux groupes féministes locaux, organisent à Rennes, ville où Clotilde Vautier est décédée, plusieurs manifestations réunies sous le titre « Celle qui voulait tout ». Jusqu’au 17 mars, une exposition présente ses dernières œuvres. Le 10 mars, une projection d’Histoire d’un secret aura lieu au cinéma L’Arvor (à 18 h), en présence de Mariana Otero. Le 14, Fabienne Dumont, historienne de l’art, donnera une conférence sur le thème : « Point de vue féministe sur la création et la reconnaissance des plasticiennes ». Enfin, le 17, sera proposée une visite guidé : « Rennes au féminisme ».

Celle qui voulait tout, Clotilde Vautier (1939-1968), histoire-feminisme-rennes.blogspot.com


Haut de page

Voir aussi

Articles récents