Comment le « cycle de gauche » latino a loupé le virage progressiste

Au FSM, des intellectuels ont critiqué l’aggravation du modèle productiviste et extractiviste, ainsi qu’un autoritarisme renforcé et une incompréhension des nouveaux mouvements sociaux.

Les intellectuels du FSM s’étaient penchés, lors de l’édition 2016 à Montréal, sur un gros point aveugle de la réflexion : l’analyse de la fin du « cycle de gauche » en Amérique latine, qui a vu, durant la décennie 2000, une bonne dizaine de pays de la région dirigés désormais par des gouvernements progressistes. À Salvador, plusieurs auteurs sont venus débattre de leurs analyses, rassemblées dans un ouvrage collectif sur « l’éclipse du progressisme [1] ». De fortes convergences se dessinent dans cet…

Il reste 78% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents