Le Front national en quête d’alliances

Le FN a multiplié les appels du pied en direction de la droite, dont elle veut attirer électeurs et militants.

Marine Le Pen envisage désormais de « mettre en œuvre des alliances ». Le mot était jusqu’ici étranger à la culture d’un parti qui s’est toujours construit contre tous les autres. Quand Bruno Mégret, numéro deux du FN, avait osé en envisager, la réprobation du clan Le Pen avait été totale. Vingt ans plus tard, Marine Le Pen, qui instruisait contre lui un procès en trahison, explique à ses troupes qu’avec le « mode de scrutin à deux tours » sur lequel repose la Ve République « gagner sans alliance est ardu…

Il reste 84% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents