« Les Bonnes Manières » : Un amour monstre

Les Bonnes Manières, un film d’horreur d’une grande profondeur.

Une nounou noire (Isabél Zuaa), une jeune femme enceinte (Marjorie Estiano) habitant les beaux quartiers de São Paulo, une relation amoureuse s’instaurant entre elles, un enfant (Miguel Lobo) à naître aux caractéristiques monstrueuses que la nounou va devoir élever seule, devenant ainsi sa mère adoptive… On se demande a priori s’il n’y aurait pas trop de thématiques dans ce deuxième long-métrage des Brésiliens Juliana Rojas et Marco Dutra : rapports de classes, différenciations raciales, relation…

Il reste 74% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents