Dossier : Notre-Dame-des-Landes : Pourquoi la ZAD doit vivre

Notre-Dame-des-Landes : Pourquoi la ZAD doit vivre

Après l’abandon de l’aéroport, il faut laisser se poursuivre la passionnante et foisonnante expérimentation écolo-sociale menée sur la ZAD.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Peut-on espérer de MM. Macron et Philippe un surcroît de clairvoyance et d’audace, notamment après l’injonction faite aux habitants de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes de partir avant le 31 mars, sous peine d’expulsion, s’ils n’ont pas un « solide projet agricole » à présenter ? Du simple fait qu’elles ne sont plus destinées à l’aéroport, ces terres devraient donc redevenir strictement « agricoles ». Au profit des plus offrants, des plus productifs, de ceux qui utilisent le plus de pesticides et qui n’attendent que ça aux portes de la ZAD ?

Puisque l’innovation et la créativité – le disruptif ! – ont les faveurs de nos gouvernants, que ne discernent-ils le profit politique additionnel, après l’abandon de l’aéroport, à laisser se poursuivre la passionnante et foisonnante expérimentation écolo-sociale menée sur la ZAD ?

Il y a de la marge pour discuter et des voies de sortie acceptables pour un État de droit, qui peut montrer une autre intelligence de la situation que la raideur. L’exemple du Larzac le démontre : ce n’est pas devenu un repère de boutefeux, plus de trente-cinq ans après l’abandon du projet d’extension du camp militaire.

Dans une société étouffante pour un nombre grandissant de personnes, une ZAD apaisée, même portant subversion (qui ne pourrait être éradiquée à coups de bulldozer), c’est une soupape de sûreté pour trois fois rien.


Haut de page

Voir aussi

Le podcast, entre mode et engouement

Culture accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.