[POLITIS 30 ANS] 18 mars 1999 : où sont passés les intellectuels engagés ?

En 2018, Politis revisite chaque semaine l'une des couvertures de ses trente années d'existence.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Le 18 mars 1999, Politis pose déjà la question, déplorant que « les grandes consciences » manquent à l’appel. Les grandes grèves de 1995 semblent loin. Leur figure de proue, Pierre Bourdieu, a beau être plus populaire que jamais – ses œuvres « grand public » s’arrachent et la petite maison d’édition Liber-Raisons d’agir est en pleine ascension –, le sociologue est en pleine tempête médiatique : on ne lui pardonne pas son engagement aux côtés des grévistes, des chômeurs et des sans-papiers.

Certains hebdos lui reprochent d’être un « gourou », la revue Esprit sa « sociologie de la dénonciation » menant tout droit au « populisme ». Heureusement, et malgré la percée des nouvelles figures « médiatico-libérales » qui ont « fini par occuper tout l’espace de la scène publique », restent Michelle Perrot, René Dumont, Albert Jacquard ou Claude Lefort. Dans un entretien passionnant, l’historien Pierre Vidal-Naquet raconte les questionnements qui ont accompagné son engagement contre la torture en Algérie. Ce qu’il en coûte, au fond, de prendre parti.

À lire aussi >> Politis fête ses 30 ans !

© Politis


Haut de page

Voir aussi

Articles récents