Privatisations : l’État brade la « machine à cash »

Des activités très lucratives vont passer dans les mains du privé.

Secret de polichinelle depuis l’élection d’Emmanuel Macron, la privatisation d’Aéroports de Paris et de la Française des jeux devra débuter avec la loi Le Maire, au printemps. Le gouvernement va demander, dans le cadre de la loi Pacte qui doit être présentée le 18 avril, des « autorisations législatives » pour céder des participations dans des entreprises à capitaux publics où existent des seuils de détention fixés par la loi. Le gouvernement ignore donc le bilan calamiteux des dernières privatisations,…

Il reste 74% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.
Haut de page

Voir aussi

Le bac des uns et le bac des autres

Culture
par ,

 lire   partager

Articles récents