Procès de Tarnac – Jour 11

Comment les plaidoiries des parties civiles et le réquisitoire du Parquet glissent de la répression de violences pendant des mouvements sociaux à une accusation de « terrorisme contre des biens ».

Ingrid Merckx  • 28 mars 2018 abonné·es
Procès de Tarnac – Jour 11
© photo : ALAIN JOCARD / AFP

Jean Veil a choisi une stratégie assez particulière. Le fils de Simone Veil, ténor du barreau de Paris et conseil de la SNCF dans le procès de Tarnac, loue la patience des dames du tribunal face à « l’insolence et la grossièreté » des prévenus pendant ces trois semaines de procès, en même temps qu’il brocarde le temps passé par ce tribunal à « financer la défense ». Cette belle écoute pourrait ne pas plaire aux contribuables, conclut-il en emballant son compliment dans une vacherie. Ces contribuables qu’il défend en défendant la SNCF, « service public qui rend des services à toutes les personnes présentes dans cette salle, y compris à vous mesdames du tribunal », insiste-t-il pour faire baisser

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)