Sur France 5, la grande histoire du féminisme

Dans un documentaire instructif diffusé ce dimanche soir 11 mars, Mathilde Damoisel retrace deux siècles de combats des femmes.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


L’égalité entre les hommes et les femmes, le droit de vote pour toutes, la contraception, le droit d’avorter, la liberté de disposer de son corps… Rien n’est jamais acquis facilement, surtout pour les femmes. Tel est le fil rouge de ce documentaire en deux volets, relatant deux siècles de luttes de féministes audacieuses, tenaces, visionnaires, qui ont donné leur vie à la cause, refusant d’être renvoyées au seul rôle de mère, épouse ou amante.

Première d'entre elles : Olympe de Gouges (1748-1793), fille du peuple, enfant illégitime, sans éducation, mariée à 16 ans, veuve à 18. Elle apprend seule à lire et à écrire. Et au mépris des barrières sociales, elle s’invite dans les salons des philosophes, s’engage contre l’esclavage, s’empare de la déclaration des droits de l’homme pour la subvertir, puisant dans ses propres arguments pour rédiger sa déclaration des droits de la femme. C’est le premier manifeste féministe.

Quarante ans plus tard, Flora Tristan (1803-1844) reprendra le flambeau, avec les Pérégrinations d’une paria, autre manifeste engagé, celui d’une femme libre qui a fait de l’émancipation des femmes son sacerdoce. Après elle, se succéderont d’autres figures. Eugénie Niboyet (1796-1883), qui dirige le journal La Voix des femmes, exigeant le droit de vote, Louise Michel (1830-1905), anarchiste et révolutionnaire, figure majeure de la Commune, Hubertine Auclert (1848-1914), réclamant les droits civils et politiques, Marguerite Durand (1864-1936), qui fonde La Fronde, premier quotidien féministe, tirant à pas moins de 50 000 exemplaires, Madeleine Pelletier, médecin, prônant l’égalité absolue avec les hommes, ou encore Hélène Brion (1882-1962), institutrice, pacifiste et militante CGT, rédactrice de la Grande encyclopédie féministe

Autant de pionnières évoquées dans le premier volet de ce documentaire instructif et pédagogique de Mathilde Damoisel, Simone, Louise, Olympe et les autres – La grande histoire des féministes (1789-1918), avant de s’attacher à la période contemporaine (1918-1981), de l’après-Grande Guerre aux militantes du MLF. Une épopée racontée par Rebecca Manzoni et illustrée amplement d’archives, de photographies, de tableaux.

Simone, Louise, Olympe et les autres, dimanche 11 mars, à 22h35, sur France 5. Second volet, dimanche 18 mars, à 22h35, sur France 5


Haut de page

Voir aussi

Articles récents