« La sélection va à l’encontre du projet universitaire français »

Annliese Nef, enseignante-chercheuse en histoire médiévale à Paris 1, expose toutes les raisons pour lesquelles, avec ses collègues, elle s'est engagée aux côtés des étudiants mobilisés contre les projets du gouvernement.

Syndiquée au SNESUP, Annliese Nef fait partie des membres du personnel de l’université mobilisés contre la loi « relative à l’orientation et la réussite des étudiants », dite loi ORE, et la plateforme Parcoursup. Réunis ce matin en assemblée générale, ils ont reconduit leur mouvement de grève, entamé vendredi dernier, jusqu’à jeudi prochain, et demandé la suspension des examens à venir. La mobilisation des enseignants de Paris I, jusqu’alors plutôt discrète, est-elle en train de s’amplifier ? Annliese Nef…

Il reste 97% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.
Haut de page

Voir aussi

Articles récents