27-05-18, Villefranche-Belleville-sur-Saône

Viviane, 25 ans, suit la Marche solidaire pour les migrants de Vintimille à Londres, organisée par l’Auberge des migrants. Au jour le jour, elle retrace son périple sur ce blog, illustré par des photographies du collectif Item.

Viviane  • 28 mai 2018
Partager :
27-05-18, Villefranche-Belleville-sur-Saône
Le 9 mai 2018. La marche de solidarité pour les migrants traverse la France de Vintimille à Calais, sur 1400 km. Arrivée dans la commune de Saint-Maximin, la marche est accueillie pour un repas-concert dans un lycée agricole.
© Cyril Marcilhacy / item

L'auteure : VivianeJ'ai 25 ans, je suis originaire de Bretagne, j'ai fait des études de psycho. J'ai fait six mois de bénévolat à Calais puis j'ai été intégrée dans l'organisation de la Marche des migrants. Je ne sais pas où je serai dans six mois mais mon prochain projet est un voyage humanitaire au Togo. Mon père est vidéaste. Il m'a prêté sa caméra pour que je documente ce que je vis avec les marcheurs, mais je préfère écrire...Les photographesLe Collectif item est une structure de production indépendante qui se donne le temps et les moyens nécessaires pour construire de véritables sujets, pensés comme des récits photographiques à part entière. Il rassemble aujourd’hui 12 photographes, un graphiste et une vidéaste, autour de l’impérieuse nécessité de raconter le monde, pour ne pas rester les yeux fermés. Leurs travaux peuvent être vus sur leur site ici.
Ça y est, j’ai reçu mes premiers commentaires négatifs sur Facebook. Ça me bouscule et ça me fait réfléchir à la façon de gérer ça. Je ne sais pas encore comment faire mais une chose est sûre, je ne regrette pas ce que j’ai écrit. C’est le prix à payer de donner accès à mon espèce de journal. Évidemment que je juge. Évidemment que je ne trouve pas tout toujours bien. Évidemment que les autres jugent. Évidemment que les autres ne trouvent pas tout toujours bien.

En parlant de journal, sur fond de tam-tam endiablé, je suis tombée sur un livre appelé Le Carnet interdit au café associatif de Montmerle. Il y avait un cours de percussion comme activité ce soir. C’est un roman écrit sous la forme d’un journal intime. Ça m’a amusée de tomber au hasard sur un livre écrit dans ce style. C’est l’histoire d’une mère de famille qui avait une vie sans histoires jusqu’à ce qu’elle achète ce journal qu’elle doit cacher à sa famille. Le mien, j’ai décidé de le montrer. Vie sans histoires ou pas, ça créer des histoires, hein, de tenir un journal.

Autre chose : pour manger, de nombreuses personnes faisaient le ramadan. Nous avons attendu le moment autorisé pour commencer à manger officiellement. J’étais vraiment contente de voir enfin tous ces plats servis alors que j’ai mangé aux heures habituelles pendant la journée. Ce moment doit être une joie vraiment intense lorsqu’on pratique réellement le ramadan.

© Politis
Publié dans
Les blogs et Les blogs invités
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don