Décolonialiser le féminisme

Pas de lutte contre le racisme sans lutte contre le patriarcat : c’était l’un des mots d’ordre de la conférence « Bandung du Nord ».

O n va passer la parole à Angela Davis ! » Tonnerre d’applaudissements. Pour l’entrée en scène de cette figure historique du militantisme afro-américain, toute la salle de la Bourse du travail de Saint-Denis est debout. « We love you ! We love you ! », lui lance le public. L’intervention d’Angela Davis, féministe et ancienne Black Panther incarcérée deux ans aux États-Unis, clôt la soirée d’ouverture du Bandung du Nord. Une conférence internationale qui se veut le premier pas d’une « Internationale…

Il reste 93% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le crime et le rituel

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.