L’exigence et la beauté du combat

Les guerres d’hier et d’aujourd’hui chez Godard, la résistance à l’oppression chez Panahi : deux œuvres où le drame n’exclut ni l’espoir ni l’humour.

Tandis que Jean-Luc Godard renouvelle sa recherche avec Le Livre d’image, qui conteste l’ordre du monde et du cinéma, l’Iranien Jafar Panahi propose avec Trois visages une métaphore de sa situation de cinéaste empêché de tourner. Et revendique la liberté de créer pour tous les artistes. Le Livre d’image de Jean-Luc Godard Un court-métrage en soutien à la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, diffusé sur le Net il y a quelques jours, a été attribué à Jean-Luc Godard. L’objet, évoquant suffisamment la patte du…

Il reste 95% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents