[POLITIS 30 ANS] 19 mai 2005 : un « non » renouvelé et argumenté

En 2018, Politis revisite chaque semaine l'une des couvertures de ses trente années d'existence.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Le 19 mai 2005, à dix jours du référendum sur le traité constitutionnel européen (TCE), Politis récapitule ses arguments justifiant un rejet du texte. Le journal avait déjà appelé en 1992 au rejet du traité de Maastricht. Cette fois encore, nous avons forgé notre jugement à la lecture du texte.

Dès la mi-septembre 2004, nous en avons présenté et décortiqué les articles les plus contestables, dénoncé aussi « les arnaques d’un débat qui en [comptait] beaucoup », suscitant des engagements citoyens en faveur du « non ». « Un “non” qui vaut pour nous triple engagement en faveur d’une Europe démocratique, de gauche, antilibérale », écrit Michel Soudais, après avoir décrypté dans une dizaine de chroniques hebdomadaires, reprises dans ce numéro, le maquis politico-économique des 448 articles du traité.

Le 29 mai, nous nous féliciterons, avec les rares titres de presse engagés pour le « non », du rejet du TCE par 54,7 % des électeurs, dans un scrutin marqué par une participation (69,4 %) que l’on n’a plus jamais retrouvée, hormis lors des élections présidentielles.

À lire aussi >> Politis fête ses 30 ans !

© Politis


Haut de page

Voir aussi

Articles récents