Des paroles et des actes

Au Québec, les débats sur l’islam ont permis aux néonazis de prospérer.

Éric Ciotti, député (LR) des Alpes-Maritimes, a déclaré ce 24 juin dans le Journal du dimanche : « Il faut que la politique migratoire change radicalement de posture et rompe avec la naïveté qui a conduit, en Europe, à cette submersion migratoire qu’évoque M. Collomb. » Or, dans la même publication, Jacques Toubon, Défenseur des droits, rappelait quant à lui que cette « idée de submersion » est « fausse », car « le solde migratoire en France est nul sur la période des trente dernières années ».

Par conséquent, Éric Ciotti ment – effrontément – lorsqu’il prétend que l’Europe est submergée.

Mais ce bobard lui permet de cracher ensuite : « Nous ne pouvons plus continuer à accueillir des personnes […] qui […] ne peuvent qu’être prisonniers (1) de communautarismes dangereux. » Et de passer ainsi de la fustigation des migrant·e·s à la stigmatisation des musulman·e·s – puisque nous savons de fort longue date que c’est l’islam qui est visé, quand des gens comme lui s’attaquent au « communautarisme » (ou s’érigent, en même temps qu’ils exigent par exemple que les « racines chrétiennes » de la France soient inscrites « dans notre Constitution », en intraitables défenseurs de « la laïcité »).

Il reste 60% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Cinéma à l’Élysée

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Le blanchiment de Le Pen

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents