Maroc : « Le boycott fait trembler l’ordre établi »

Trois marques d’eau, de lait et de carburants sont massivement boudées par les Marocains. Omar Balafrej voit dans cette action une volonté de rediscuter le contrat social.

Depuis le mois de mars sévissait à bas bruit le boycott économique de plusieurs marques commerciales au Maroc. Et puis, fin avril, un billet anonyme posté sur une page Facebook appelle les consommateurs à ne plus acheter trois produits d’enseignes emblématiques, car très dominantes sur le marché local : le lait Centrale Danone, l’eau minérale Sidi Ali et les carburants des stations Afriquia, dénoncés pour leurs prix excessifs.

Et, soudain, le boycott décolle pour se propager dans tous le pays, mobilise massivement et à tous les échelons de la société. Selon les évaluations, près de 50 % de la population marocaine adhérerait à l’opération, sans qu’elle soit pilotée ni qu’il soit possible de l’attribuer en propre à un groupe citoyen ou politique. Très actif, ce boycott a connu un rebond spécifique lors du ramadan, qui a débuté le 16 mai, avec le refus des consommateurs d’acheter des sardines, mets très prisé lors de la rupture du jeûne religieux le soir et dont les prix avaient opportunément explosé – un quasi-triplement. Sous la pression, et en quelques jours seulement, les commerçants ont dû ramener les prix à leur niveau habituel. L’analyse d’Omar Balafrej, l’un des deux députés que compte la Fédération de la gauche démocratique au sein du Parlement (365 membres).

Quels sont les principaux éléments déclencheurs du boycott en cours ?

Omar Balafrej : Le Maroc s’est sporadiquement trouvé aux prises avec des mouvements de colère contre le prix élevé de denrées de consommation courante au cours des cinq dernières années. Mais ces tentatives de boycott n’ont jamais atteint l’ampleur de celui qui s’est installé depuis près de deux mois maintenant. Il faut dire que la crise économique s’est amplifiée ces dernières années. Le taux d’emploi, indicateur plus pertinent chez nous que le taux de chômage, est tombé très bas : à peine 42 % des personnes de plus de 16 ans ont un travail, à comparer avec la zone OCDE, où ce taux dépasse 70 %. Il est même plus mauvais que les 48 % qu’a connus la Grèce au pire de sa crise, et plus bas également que dans les autres pays du Maghreb.

Cette situation très tendue est dangereusement ignorée par le pouvoir, depuis des années, et elle empire dans le monde rural et dans les villes de taille moyenne. C’est encore plus frappant chez les jeunes diplômés, nombreux et sans emploi. Dans ces milieux, le boycott est très suivi. Il s’inscrit sur la toile de fond d’une contestation sociale qui s’est exprimée ces dernières années dans le Rif, le Moyen Atlas, à Jerada dans l’Oriental ou Zagora dans le Sud marocain.

Par ailleurs, le ras-le-bol s’est trouvé alimenté par des informations récentes. Ainsi, à la mi-mai, le Parlement a rendu public le rapport d’une mission d’enquête sur le prix des carburants. Il est édifiant. On y apprend que, depuis la libéralisation du secteur, en vigueur depuis décembre 2015, les marges commerciales ont explosé. Elles étaient déjà élevées, de l’ordre de 10 centimes d’euro par litre d’essence, elles ont doublé depuis ! Total a ainsi multiplié ses gains par quatre au cours des deux dernières années, mais le pétrolier n’est pas isolé : les autres ont tout autant profité de l’ouverture du marché.

Soupçonnez-vous une entente entre les opérateurs ?

Le rapport ne l’indique pas. Cependant, comment ne pas faire le rapprochement avec la paralysie du Conseil de la concurrence, dont l’activité est gelée car ses membres n’ont pas été nommés depuis 2013 ? De plus, trois importantes familles politiques possédant des intérêts directs dans des entreprises pétrolières sont représentées au Parlement.

Je réclame, pour ma part, une loi de finances rectificative qui exigerait la rétrocession des gains indus sur les carburants, que je qualifie de « non éthiques ». Ils pourraient, par exemple, permettre de sauver le système éducatif marocain, en état chronique de sous-investissement. Mais je suis bien isolé dans ma revendication.

S’agit-il simplement d’une croisade contre la vie chère ?

Non, loin de là. Même s’il n’a pas de leadership identifié, nous sommes en présence d’un mouvement très politisé – ce que je trouve tout à fait positif –, et plusieurs signaux le montrent clairement. Tout d’abord, le choix des cibles, très symbolique : les trois entreprises visées sont toutes, et de loin, en situation extrêmement dominante sur leurs marchés. C’est notamment le cas de Centrale Danone, qui détenait 60 % du marché du lait avant le boycott.

Il reste 57% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Clandestin malgré lui

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents