Mort de David Goldblatt : la photographie en deuil

Le plus important photographe sud-africain s’est éteint lundi 25 juin. Il était le subtil témoin d’une histoire nationale.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


C’est peu dire qu’il représentait l’histoire de la photographie sud-africaine à lui seul. David Goldblatt est mort lundi 25 juin, à l’âge de 87 ans, à Johannesburg, laissant une œuvre orpheline, principalement articulée autour de l’apartheid, des fractures sociales, des divisions, des injustices, concentrée sur la complexité des relations humaines.

Né en 1930 au sein d'une famille d’émigrés lituaniens, à Randfontein, dans une région minière de l’Afrique du Sud. D’abord employé par la boutique familiale, à vendre des fringues, David Goldblatt a commencé la photographie par la mode et la publicité (pour croûter), puis la presse, avant d’entamer un travail personnel sur la société sud-africaine. Les Afrikaners d’abord, les townships ensuite (à Soweto), en noir et blanc, plus tard en couleur.

Des photographies qui font récit

Toute une œuvre à voir comme une analyse de la structure sociale et culturelle de son pays, même lorsqu’il cadre paysages après paysages, une mère et son enfant au croisement d’un terrain vague, dans l’encolure d’un township, une bâtisse esseulée dans une plaine verte, la construction de nouvelles baraques, des chaussures à l’étal et une cabine d’essayage, le visage d’une vieille dame, le buste d’un homme allongé, un cordonnier de fortune, installé derrière un grillage, une 
vendeuse noire derrière le comptoir de 
son épicerie, où se
 déclinent, façon
 Warhol, les boîtes de
 beans slices et de sardines, un 
cimetière de voitures,
 terrain de jeu pour des gosses noirs, un arrêt de bus devant une boutique, avec son banc sur lequel est écrit « Blancs uniquement »

Des photographies qui font récit. Et toujours au pur de l’épure, marque de fabrique du photographe, où la confrontation se joue entre les pleins et les vides, les volumes et les couleurs, monochromes ou contrastées. Goldblatt, ou la synecdoque de l’apartheid (la partie pour le tout), pour rendre compte d’un pays meurtri, morcelé. « Lorsque j’ai décidé de devenir photographe, avait-il confié, c’était pour moi une manière d’être politiquement actif. »

En 1989, il avait créé une école de la photographie (le Market Photo Workshop), avant d’être reconnu, exposé partout dans le monde, de New York à Paris, quand l’Afrique du Sud est enfin sortie de l’apartheid. Il n’aura jamais cessé de photographier son pays, fidèle à son appareil photo, fidèle à son engagement contre l’injustice.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents