[POLITIS 30 ANS] 30 juin 1989 : l'introuvable Europe sociale

En 2018, Politis revisite chaque semaine l'une des couvertures de ses trente années d'existence.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Le 30 juin 1989, Politis s’interrogeait sur ce que ferait la présidence française de la Communauté économique européenne (CEE), qui débutait le lendemain, pour aller vers l’Europe sociale.

Engagés à marche forcée vers la réalisation au 1er janvier 1993 d’un « grand marché unique » dessiné par l’Acte unique (1987), les douze États qui composaient ce qui ne s’appelait pas encore l’Union européenne libéralisaient l’économie à tout-va sans se préoccuper de rééquilibrer cette dérégulation par la création d’un espace social européen.

Cela avait conduit les socialistes au pouvoir à faire campagne aux européennes de 1989 sur l’Europe sociale – déjà ! Mitterrand lui-même affirmant que, « sans politique sociale […], l’Europe ne sera pas ».

On attendait un acte fort. Il n’est pas venu. La Charte communautaire des droits sociaux fondamentaux des travailleurs, adoptée sous l’impulsion de la France fin 1989, sera non contraignante, incapable d’empêcher les gouvernements de s’aligner sur le « moins-disant » social, comme on le craignait.

À lire aussi >> Politis fête ses 30 ans !

© Politis


Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents