À chacun sa victoire

Les Français fêtent les Bleus, une équipe en partie issue des quartiers populaires. Une fierté sociale inédite et déjà récupérée.

Il est dit que l’histoire est toujours écrite par les vainqueurs, et il est certain que des Croates vainqueurs (certes flamboyants derrière leur numéro 10 Modric) auraient été brandis par l’extrême droite française : l’Europe blanche contre le cosmopolitisme français, belge ou anglais. Les joueurs sont souvent entraînés dans des affaires de propagande, au service d’une idéologie. Mais c’est la France métissée qui s’est imposée le 15 juillet.

Rebelote, donc : le black-blanc-beur, vingt ans après le premier sacre tricolore, mais, cette fois, personne ne le clame vraiment haut et fort. Chat échaudé craint l’eau froide. Si l’instant d’une communion sincère entraîne tout un pays dans une envie de fraternité, les gens sortent dans la rue pour faire la fête, et rien d’autre. Il n’en reste pas moins qu’on fête tous les Français, quels que soient les couleurs et les patronymes. Les barrières et les préjugés s’estompent. C’est sans doute là une belle pédagogie antiraciste. D’ailleurs, les arguments de l’extrême droite et des identitaires s’aiguisent : le problème n’est pas l’origine, le problème, c’est l’islam… Voilà ce qu’ils ruminent, et on les entend déjà. Car il faudra absolument, pour ces revanchards, remettre la guerre au centre du terrain.

Mais pour l’heure : la fête. Pour un trophée. Pour un groupe d’hommes au sein duquel l’origine sociale compte, cette fois. Car, si les aînés de 1998 portaient en eux les histoires kanak, arménienne, kabyle ou ghanéenne, le roman qui s’écrivit pour eux fut aussi celui des réussites individuelles. Ces romans-là disent autant d’un moment que des supporters qui les écrivent. Et c’est précisément dans les yeux de ces derniers que les nouveaux champions du monde racontent une autre histoire, qui pourrait s’intituler « ici, c’est Bondy », la ville de Mbappé. Des jeunes pas seulement issus de quelque part, mais qui sont quelque part, et donc quelque chose.

Il reste 48% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Cinéma à l’Élysée

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Le blanchiment de Le Pen

Billets accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents