« Au poste ! », de Quentin Dupieux : Flics de haut vol

Un tête-à-tête policier agréable et gentiment absurde de Quentin Dupieux.

On se souvient de Garde à vue, le film de Claude Miller réalisé dans les années 1980 avec Serrault et Ventura, uniquement centré sur un interrogatoire policier. Situation semblable avec Au poste !, mais pas du tout le même ton. Benoît Poelvoorde, le commissaire Buron, fait face à Grégoire Ludig, le suspect, Quentin Dupieux (Steak, Rubber…) étant aux mannettes. Avec une telle équipe, le registre est forcément humoristique, burlesque, absurde. Mais l’idée du cinéaste a consisté à vouloir mélanger les genres, à hausser son niveau d’ambition.

Sur le mode de l’humour, il y a le comportement du commissaire – le film s’ouvre sur une longue conversation au téléphone entre son beau-frère et lui – et, plus bizarre encore, de son second, qui tourne à la catastrophe. Le seul à tenir un discours rationnel semble être le suspect, même s’il se retrouve dans une situation à la fois morbide et gaguesque, qui l’oblige lui aussi à dérailler.

Il reste 49% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents