L'impunité de Benalla, reflet de la banalisation des violences policières

Deux ans après la mort d’Adama Traoré, les participants de la marche organisée à Beaumont-sur-Oise contre les violences policières ont dénoncé l’impunité dans laquelle a agi Alexandre Benalla.

Il porte sa casquette à l’envers et le tee-shirt « Justice et vérité pour Adama Traoré ». Ce 21 juillet, Taha Bouhafs se tient aux côtés de la famille Traoré devant la mairie fermée de Persan (Val-d’Oise). Dans moins d’une heure débute la marche du comité La Vérité pour Adama, deux ans après la mort du jeune homme dans les locaux d’une gendarmerie, dans des circonstances toujours inexpliquées. Membre du comité, le militant insoumis de 21 ans est au centre de l’attention médiatique du pays. « L’homme qui fait trembler la République », le salue Éric Coquerel, député France insoumise, lui aussi présent.

À lire aussi >> Adama Traoré : une marche pour la justice et la vérité

Taha Bouhafs est celui qui a filmé et diffusé la vidéo du 1er Mai, place de la Contrescarpe à Paris, qui a permis l’identification d’Alexandre Benalla. « Le plus dingue, c’est que, lorsque j’ai publié cette vidéo sur les réseaux sociaux, le soir même elle a été partagée mais absolument aucun média ne s’en est emparé, souligne-t-il. Si Benalla avait été un vrai flic, il n’y aurait pas eu un tel buzz. Ça montre bien qu’il y a une banalisation des actes de violences policières. » Autour de lui, tout le monde hoche la tête. « C’est dommage que l’on ait besoin de l’affaire Benalla pour parler de la violence policière », regrette Mahamadou Camara, dont le frère, Gaye, a été tué d’une balle dans la tête par un policier, en janvier dernier, à Épinay-sur-Seine (Seine-Saint-Denis).

« Avec le brassard de policier, on se sent intouchable ! »

Sur une pancarte où sont dessinées des taches de sang, on peut lire « L’État protège des Benalla. Nous, on veut sauver des Adama. » Assa Traoré, sœur d’Adama et porte-parole du comité, rappelle que, si la mort de son frère est « une bavure », elle doit être prise en compte dans un processus plus global. « Aujourd’hui, on marche pour dénoncer tout ce système policier. Alexandre Benalla, par ses actes, en reflète la violence. » Pour Lassana, l’aîné de la famille Traoré, ce n’est pas un hasard si Alexandre Benalla a choisi de porter le brassard et le casque des policiers lors de la mobilisation du 1er Mai : « En se déguisant en policier, il montre la brutalité de cet uniforme. Quand on met le brassard et le costume de policier, on se sent intouchable ! »

Il reste 48% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Un message positif

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents