Montagne d'or : mirage économique

Face aux promesses des industriels, les opposants au projet minier appellent à « prendre le virage d’un nouveau développement ».

La Compagnie minière Montagne d’or sait utiliser la misère sociale pour vanter les mérites de sa mine. Elle créera 900 emplois directs et indirects pendant la construction, puis 3 750 en phase d’exploitation. Le bénéfice attendu pour la Guyane serait de 67 millions d’euros (taxes locales) et 283 millions pour l’État (impôts et taxes sur les carburants). L’association patronale Grappe d’entreprises ORkidé de Guyane affirme que « l’argent injecté [par les salariés] dans l’économie locale participera à la génération de nouvelles activités, donc de nouveaux emplois et de nouveaux salaires ».

À lire aussi >> Cette Montagne d'or qui mine la Guyane

Mais, de l’aveu du Parlement européen, « l’extraction minière au cyanure génère peu d’emplois, seulement pour une période de 8 à 16 ans, tandis qu’elle fait peser le risque de désastres écologiques transfrontaliers dont le coût n’est en général pas pris en charge par les sociétés d’exploitation […] mais par les contribuables ». Un « projet spéculatif » « très cher par emploi créé », a reconnu Nicolas Hulot sur RMC, le 8 novembre 2017. S’adressant à Gabriel Serville (Gauche démocrate et républicaine), il se disait « soulagé qu’un député de la Guyane ne cède pas spontanément aux miroirs aux alouettes » des industriels. Aura-t-il la même position au moment où sera rendue la décision de l’État ?

Il reste 49% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents