« Paranoïa », de Steven Soderbergh : Soins maniaques

Avec Paranoïa, Steven Soderbergh signe un film de genre d’une remarquable intensité.

Après avoir annoncé (en 2013) qu’il arrêtait le cinéma, Steven Soderbergh ne cesse de tourner depuis deux ans. Voici Paranoïa, film de genre dont l’une des caractéristiques est d’avoir été tourné avec un smartphone (le dossier de presse n’hésite pas à louer les produits de la marque à la pomme). Ce qui donne une image assez laide à laquelle, finalement, l’œil s’habitue. Mais, pour le réalisateur, cela signifie d’abord un tournage à équipe légère, loin de la lourdeur des studios d’Hollywood, déjà abandonnés avec Logan Lucky (2017), qui a marqué son retour au cinéma.

Soderbergh se défie des habitudes et des schémas tout faits. Chaque film est désormais l’occasion pour lui d’emprunter une voie singulière. Comme son titre le laisse entendre, Paranoïa a pour sujet la folie.

Il reste 56% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Atakalamou el Arabiya

Un prof sur le front
par ,

Blog

 lire   partager

Articles récents