Hulot, l’échec de la voie solitaire

Le ministre démissionnaire aura mis seize mois à comprendre que, dans ce gouvernement, il était seul à défendre l’urgence à « changer de paradigme ». Et que le rapport de force jouait contre lui.

Patrick Piro  • 28 août 2018 abonné·es
Hulot, l’échec de la voie solitaire
© photo : Julien Mattia/NurPhoto/AFP

On se souvient d’une ancienne séquence d’« Ushuaïa », l’émission dont Nicolas Hulot était le producteur et le personnage central. Sur une plage malgache viennent d’éclore des centaines d’œufs de tortues vertes, et les adorables petites bestioles se précipitent vers la mer sous les piqués frénétiques des prédateurs ailés qui s’invitent au festin. Le nettoyage est radical, et c’est un Nicolas Hulot remué qui décide (il le dit) d’interférer sur la loi de la nature « pour en sauver au moins une

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Politique
Temps de lecture : 5 minutes