Liberté de la presse : Pas convaincu par Macron ? Dehors !

Raphaël Glucksmann est écarté de la direction du Nouveau Magazine littéraire.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Moins d’un an après avoir pris les rênes du Nouveau Magazine littéraire, Raphaël Glucksmann (photo) se voit écarté de la direction du titre par son actionnaire majoritaire, Claude Perdriel. Selon le philosophe, qui a posté une lettre sur Twitter, il paye là ses positions anti-Macron. « Le président de la République n’était pas au cœur de nos préoccupations, dit-il. Il était même, à vrai dire, le cadet de nos soucis. Pourtant, c’est bien notre façon de l’aborder qui suscita les désaccords menant au divorce. […] Plus encore que le journal, on m’a fait comprendre que ce sont ma personne, mes tweets, mes passages télé, mes posts Facebook qui posaient problème. »

« Je suis de gauche, mais pas comme vous », lui a répliqué Claude Perdriel, dans le numéro du magazine du mois de septembre. Reste que Raphaël Glucksmann n’avait plus la « liberté totale » qu’il exigeait.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents