Oleg Sentsov

Le réalisateur ukrainien détenu dans une prison russe, en est à son 107e jour de grève de la faim.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


À l’heure où nous mettons sous presse, Oleg Sentsov, réalisateur ukrainien détenu dans une prison russe, en est à son 107e jour de grève de la faim. Condamné à 20 ans de prison au terme d’un procès inique, le cinéaste est en réalité victime de ses prises de position, notamment contre l’annexion de la Crimée.

Malgré de nombreuses pétitions internationales et appels d’artistes du monde entier en sa faveur, dont l’une des dernières en date a paru le 21 août dans Le Monde, les dirigeants européens ne se montrent pas empressés d’exercer des pressions sur Vladimir Poutine pour exiger la libération du cinéaste, ou le font a minima (Emmanuel Macron s’est déclaré « inquiet » auprès du président russe, le 10 août). La mort d’Oleg Sentsov serait une nouvelle honte pour l’Union européenne et une terrible défaite pour la liberté.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents