Palestine : Le « chantage minable » de Donald Trump

La stratégie de l’administration américaine est claire. Il s’agit de mettre à genoux l’Autorité palestinienne.

Denis Sieffert  • 29 août 2018
Partager :
Palestine : Le « chantage minable » de Donald Trump
© MANDEL NGAN / AFP

Le fameux « plan de paix » de Donald Trump au Proche-Orient – « quelque chose de très bien », avait annoncé le président américain – est à peu près vidé de sa substance avant même d’être rendu public. Avec la suppression de quelque 200 millions de dollars d’aide américaine, confirmée le 24 août, la stratégie de l’administration Trump est claire. Il s’agit de mettre à genoux l’Autorité palestinienne pour la contraindre à accepter les conditions américaines, qui seront évidemment aussi les conditions israéliennes. En janvier déjà, les États-Unis avaient en partie coupé les vivres à l’UNRWA, l’agence onusienne en charge des réfugiés, contrainte de licencier 250 de ses employés. Une décision qui faisait suite au transfert de l’ambassade américaine à Jérusalem. Un ensemble de mesures qui ont au moins le mérite de la cohérence dans le cynisme. Trump et Netanyahou veulent écraser économiquement la population palestinienne au risque, surtout à Gaza, d’aggraver une situation sanitaire désastreuse. On peut imaginer qu’après cela le plan Kushner – gendre et émissaire de Trump – consistera en la création de bantoustans englobant les principales agglomérations palestiniennes de Cisjordanie, isolées les unes des autres, et l’annexion par Israël des colonies déjà existantes et des territoires préemptés pour des constructions futures.

Hanane Ashrawi, l’une des consciences de la résistance palestinienne, a jugé que les États-Unis usaient d’un « chantage minable comme instrument politique ». Quant aux dirigeants de l’Autorité, ils avaient déjà rompu toute relation avec Washington depuis le transfert de l’ambassade américaine. Inutile de préciser que ces décisions témoignent d’un total mépris pour le droit international. Cette stratégie économique ressemble bien à la psychologie des actuels dirigeants américains et israéliens, convaincus que tout peut s’acheter, même la conscience nationale d’un peuple.

Monde
Temps de lecture : 2 minutes
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Birmanie : « Nous gagnerons car nous n’avons pas le choix »
Résistance • 25 janvier 2023 abonné·es

Birmanie : « Nous gagnerons car nous n’avons pas le choix »

Deux ans après le coup d’État militaire, le mouvement de résistance pro-démocratie ne fléchit pas. Cependant, l’issue de sa lutte dépend du renforcement des soutiens extérieurs, jusque-là timides.
Par Patrick Piro
« La France n’a pas accompagné la démocratisation de l’Afrique de l’Ouest »
Entretien • 4 janvier 2023 abonné·es

« La France n’a pas accompagné la démocratisation de l’Afrique de l’Ouest »

Le chercheur béninois Francis Laloupo étudie depuis longtemps les enjeux géopolitiques de l’Afrique et les conflits qui y émergent, particulièrement en Afrique de l’Ouest. Cette région connaît aujourd’hui des soubresauts qui contrecarrent ses avancées vers la démocratie. L’ex-colonisateur français en porte une responsabilité non négligeable, estime le chercheur.
Par Patrick Piro
Droits des femmes et LGBT+ : la menace Meloni
Monde • 14 décembre 2022 abonné·es

Droits des femmes et LGBT+ : la menace Meloni

Depuis l’élection du gouvernement d’extrême droite en Italie, les mouvements pro-vie et anti-genre prennent de l’ampleur et s’emploient à infléchir la législation dans le sens de leurs combats.
Par Irene Fodaro
De la Syrie à l’Irak, les Kurdes sous les feux croisés turcs et iraniens
Répression • 9 décembre 2022 abonné·es

De la Syrie à l’Irak, les Kurdes sous les feux croisés turcs et iraniens

Accusés de tous les maux par Ankara et par Téhéran, les partis d’opposition et les groupes rebelles kurdes vivent des heures très difficiles en Irak et en Syrie. Si la « communauté internationale » ne cache pas sa préoccupation, personne ne semble en mesure de mettre fin à un cycle devenu infernal. Décryptage.
Par Laurent Perpigna Iban