« À travers », de Tom Haugomat : La vie comme elle file

En quatre couleurs et avec une grande sobriété, Tom Haugomat parcourt l’existence d’un homme, du ventre maternel à l’arrêt du cœur.

Marion Dumand  • 4 septembre 2018 abonné·es
« À travers », de Tom Haugomat : La vie comme elle file
© photo : Tom Haugomat

Tout commence en décembre 1955, à Mud Bay, Ketchikan, Alaska. Un enfant flotte dans une bulle bleu marine tachetée de rouge, petite dans la page blanche. Le ventre de sa mère, comme un big bang. Il est prêt pour l’expulsion. Suit une planche entière qui a l’opacité rouge du placenta.

C’est parti pour la vie de cet homme, que Tom Haugomat déroule selon un procédé strict. À gauche, le mois, l’année, le lieu et le « héros » regardant « à travers » – une couveuse, une loupe, une fenêtre, un écran… À droite, ce qu’il voit : la lune, ses parents, son

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Littérature
Temps de lecture : 3 minutes
#BD