Jann Marc Rouillan, une bataille pour la mémoire

Le principal fondateur d’Action directe publie « un » témoignage, à partir d’un texte écrit en prison il y a près de vingt ans.

Originaire de la région toulousaine, Jann Marc Rouillan (1) adhère fin 1972 au Mouvement ibérique de libération (MIL), ancêtre des Groupes d’action révolutionnaire internationalistes (Gari), mouvement armé essentiellement dirigé contre la dictature franquiste. Il partage alors un appartement à Barcelone avec Salvador Puig Antich, qui, quelques mois après avoir été arrêté, fut exécuté – garroté – dans une prison catalane. Jann Marc Rouillan échappe de justesse à cette funeste arrestation. Il est alors…

Il reste 85% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents