Joan W. Scott : « La laïcité a rigidifié l’inégalité de genre »

L’historienne américaine Joan W. Scott montre comment le discours sur la séparation entre sphères publique et religieuse a été utilisé pour asseoir la subordination des femmes.

Olivier Doubre  • 26 septembre 2018 abonné·es
Joan W. Scott : « La laïcité a rigidifié l’inégalité de genre »
© photo : Vincent Richard

Professeure émérite au prestigieux Institute of Advanced Study de Princeton (États-Unis), Joan W. Scott a étudié par le passé l’histoire de l’inégalité entre les hommes et les femmes tout au long des XIXe et XXe siècles, en France et plus largement en Occident. Elle répond aujourd’hui aux thuriféraires du « choc des civilisations » et autres militants anti-islam, qui veulent faire croire que l’égalité de genre aurait été, de tout temps, une garantie offerte par la laïcité.

Vous insistez dans votre livre sur le fait que l’inégalité de genre a été fondamentale dans la séparation de l’Église et de l’État, qui, en 1905, va inaugurer la modernité occidentale. Comment cette inégalité de genre a-t-elle été formulée ?

Joan W. Scott : Essentiellement en termes de séparation des sphères féminine et masculine, telle qu’elle a été édictée dès la fin du XVIIIe siècle et plus encore au XIXe. Les hommes étaient en charge du marché, des affaires, de la politique et du domaine public. Les femmes étaient repliées sur la sphère privée, celle de la famille, du foyer, des enfants, du sexe… Et, au moment de la séparation de l’Église et de l’État, les femmes étaient associées à la religion, car les concepteurs de cette mesure les considéraient comme ayant d’abord une sensibilité religieuse, non seulement en France, mais aussi aux États-Unis ou en Angleterre.

Aux États-Unis, toutefois, cette sensibilité religieuse était davantage conçue comme pouvant conférer un peu de douceur au capitalisme. Les femmes étaient perçues comme « the heaven in a heartless world » (« le paradis dans un monde sans pitié »). Elles apportaient quelque chose de finalement positif à la société, malgré l’inégalité fondamentale

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Idées
Temps de lecture : 8 minutes

Pour aller plus loin…

« La crise sénégalaise est un héritage de la Françafrique »
Françafrique 21 février 2024 abonné·es

« La crise sénégalaise est un héritage de la Françafrique »

Le Sénégal portait en France l’image flatteuse d’une « vitrine démocratique » en Afrique de l’Ouest. Mais le report par le président Macky Sall du scrutin présidentiel du 25 février a brutalement changé la donne. Un « coup d’État civil », qualifient la journaliste Fanny Pigeaud et l’économiste Ndongo Samba Sylla, coauteurs d’un nouvel essai sur la Françafrique.
Par Patrick Piro
Gaza, cette moins que rien
Intersections 21 février 2024

Gaza, cette moins que rien

Les soldats israéliens n’hésitent pas à mettre en scène leurs exactions contre les Palestiniens dans des photographies, devenant des éléments fondamentaux du processus de torture lui-même.
Par Kaoutar Harchi
La révolte sans révolution des émeutes banlieusardes
Livre 21 février 2024 abonné·es

La révolte sans révolution des émeutes banlieusardes

Le politiste Alessio Motta revient sur quarante ans d’émeutes urbaines en analysant le processus qui les voit s’étendre sur une grande part du territoire, la plupart après des violences policières.  
Par Olivier Doubre
« Le système alimentaire mondial pourrait s’effondrer »
Entretien 14 février 2024 abonné·es

« Le système alimentaire mondial pourrait s’effondrer »

Depuis quarante ans, George Monbiot, éditorialiste britannique du Guardian, alerte sur les ravages écologiques. Dans son livre Nourrir le monde sans dévorer la planète, il s’attaque aux dérives du système alimentaire et se demande comment faire émerger un « monde d’après » agricole.
Par Tristan Dereuddre