[POLITIS 30 ANS] Un malaise qui vient de loin

En 2018, Politis revisite chaque semaine l’une des couvertures de ses trente années d’existence.

Politis.fr  • 20 septembre 2018
Partager :
[POLITIS 30 ANS] Un malaise qui vient de loin

Le 22 septembre 1988, à quelques jours d’une grève des infirmières lancée par une coordination informelle constituée hors syndicats, Politis auscultait les causes d’un « ras-le-bol généralisé » de la profession dans un long reportage. Le « blues » des infirmières qu’il décrivait fait écho au malaise actuel des personnels hospitaliers : impression d’être des « robots », manque de temps pour s’occuper des patients… « Affolés par [la croissance des] dépenses de santé, notaient nos journalistes, les différents gouvernements qui se sont succédé depuis dix ans ont inscrit la rigueur au fronton de leur programme. » À ce détail près que « les restrictions ont frappé essentiellement le personnel ». Résultat, après des suppressions de postes en cascade : « Tous les hôpitaux fonctionnent avec un personnel réduit. Les remplacements en cas d’arrêt maladie ou de congé sont rarement assurés » et, « bien souvent, les soins sont dispensés à la limite des conditions de sécurité pour le malade ». On en était là il y a trente ans, bien avant l’introduction des 35 heures accusées par beaucoup d’être responsables de tous les maux de l’hôpital…

Médias
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don