[POLITIS 30 ANS] Une remise en cause culturelle manquée

En 2018, Politis revisite chaque semaine l’une des couvertures de ses trente années d’existence.

Politis.fr  • 13 septembre 2018
Partager :
[POLITIS 30 ANS] Une remise en cause culturelle manquée

Le 11 septembre 2001, la sidération avait saisi la rédaction à l’heure du bouclage de Politis, obligeant Denis Sieffert à refaire à chaud son édito. Notre édition du 20 septembre revient longuement sur les conséquences de l’attaque terroriste contre les tours du Word Trade Center et le Pentagone, qui initie « le plus considérable bouleversement politique depuis la chute du communisme ». « La solution de la crise planétaire qui s’est ouverte le 11 septembre n’est pas à Kaboul. Elle est à Washington et dans les capitales occidentales, […] chez ceux qui disposent de la force économique et militaire. Et en premier lieu aux États-Unis », diagnostique notre éditorialiste.

À rebours des discours d’un George W. Bush appelant les Américains et les Occidentaux à une « croisade contre le Mal », Politis invite l’Amérique à une « remise en cause culturelle » de son « droit d’ingérence fossoyeur de régimes tiers-mondistes », de son unilatéralisme et de son arrogance, de son soutien inconditionnel à Israël… Faute de cela, « l’islamisme de désespoir » s’étendra, comme le redoutait alors le chercheur Alain Joxe.

Médias
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don