Reconnaissance de Maurice Audin : « Une avancée très positive »

Selon Mohammed Harbi, le geste d’Emmanuel Macron ouvre une voie favorable aux relations franco-algériennes.

Historien réputé, après avoir participé à la guerre de libération dans les rangs du FLN, où il occupa de hautes responsabilités, et avoir connu la prison sous Boumédiène, Mohammed Harbi ne pouvait rester insensible aux déclarations du président français concernant Maurice Audin. C’est une grande voix algérienne qui réagit ici.

Que vous inspirent les déclarations d’Emmanuel Macron sur la reconnaissance de la responsabilité de l’État français dans l’assassinat de Maurice Audin ?

Mohammed Harbi : Je pense que, dans le contexte des relations franco-algériennes, c’est une avancée très positive. Elle ouvre la voie à ce qui pourrait être une remise en cause de ce qui constitue le cœur des relations franco-algériennes, pour en finir avec les campagnes de haine. D’un côté, il faudrait que la France accepte que l’Algérie soit un pays indépendant et, de l’autre, que l’Algérie accepte que la France ne soit plus considérée comme le pays ennemi, tel que la désigne l’hymne national.

Comment expliquez-vous qu’il ait fallu tant de temps à l’État français pour reconnaître sa responsabilité dans ce meurtre et dans l’usage de la torture ?

L’un des gros problèmes est la question du nationalisme français. Et la pièce maîtresse de ce nationalisme, c’est l’armée. En 2002, on a vu la publication d’un livre blanc des généraux français sur la question algérienne qui entendait « réhabiliter l’action de l’armée en Algérie face à la diffamation généralisée ». Aujourd’hui encore, un certain nombre d’officiers, même s’ils sont à la retraite, ont une influence sur la vie et l’évolution de l’armée. Les ruptures et les réconciliations ne se font pas facilement.

Il reste 45% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents