Philippe Chagne : Histoire de jazz et d’amitié

Philippe Chagne fait résonner l’âme de Mingus dans un album aux multiples connivences.

Rendre hommage à l’immense contrebassiste et compositeur Charles Mingus n’est pas chose aisée. L’expérience montre qu’avec un peu d’audace, un brin de modestie et surtout beaucoup de talent et de travail, certains y arrivent. C’est un peu l’histoire du nouveau disque de Philippe Chagne, My Mingus Soul. Une histoire qui fera date dans la discographie foisonnante du saxophoniste.

Ce disque, entièrement « fait à la main » avec Carl Schlosser (saxophoniste, flûtiste et ingénieur du son), les deux hommes en parlaient depuis trente ans. Il aura fallu attendre le bon moment, surmonter le doute omniprésent pour se lancer et lancer cette « bouteille à la mer de plus, peut-être ». Il aura également fallu réunir les musiciens indispensables, à commencer par celui qui tiendrait la contrebasse. Ce sera Laurent Vanhée : « Il a le son, il a le drive, il a le swing… Il m’a convaincu d’entamer le projet. »

Il reste 65% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents