« Quelle substance coupe les bras des enfants pendant la grossesse ? »

Directrice du Registre des malformations en Rhônes-Alpes, Emmanuelle Amar et son équipe ont signalé des cas d'enfants malformés dans l'Ain dès 2011. Des cas similaires émergent dans le Morbihan et en Loire-Atlantique. Pourtant, l'étude est contestée et les postes menacés.

Le scandale sort cet automne, mais l'affaire n'est pas neuve. Les premières alertes du rapport du Registre des malformations en Rhônes-Alpes (Remera) à Santé Publique France (SPF) datent de 2011 : plusieurs cas d'agénésie transversale des membres supérieurs (ATMS) ont été détectés dans une zone très rurale de l'Ain dans un périmètre restreint. Soit des enfants nés avec des bras ou des mains manquants dans des villages très proches les uns des autres. Santé publique France ne réagit pas. Le Remera poursuit…

Il reste 96% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.
Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents