Voyage immobile

Get The Blessing joue sur les atmosphères, les couleurs sonores et l’illusion du mouvement.

Le titre de ce nouvel album de Get The Blessing, Bristopia, est bien sûr en référence à Bristol, capitale anglaise du trip-hop et ville d’origine de ce quartet fondé par deux ex-musiciens de Portishead, Clive Deamer (batterie) et Jim Barr (basse), en compagnie d’un trompettiste, Pete Judge, et d’un saxophoniste, Jake McMurchie.

Get The Blessing produit une musique instrumentale qui, comme souvent, résiste aux étiquettes. Ainsi le groupe est-il, sans doute faute de mieux, parfois rangé dans la catégorie jazz-rock, ce qui est assez déplacé pour plusieurs raisons. D’abord parce qu’on n’identifie pas très bien la part du rock dans l’affaire. Ensuite parce que cette référence à un genre circonscrit aux années 1970 paraît aujourd’hui anachronique. Enfin pour son côté dépréciateur, lié à trop de musiques désincarnées, qui ne rend pas justice au groupe.

Il reste 62% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents