« Amanda », de Mikhaël Hers : Après le drame

Dans Amanda, de Mikhaël Hers, un jeune homme et sa nièce doivent faire face à une disparition tragique.

La réalité des attentats qui ont ensanglanté la France trouve désormais une représentation artistique, notamment dans la littérature et au cinéma. C’est le cas avec Amanda, troisième long métrage de Mikhaël Hers, remarqué pour son film précédent, Ce sentiment de l’été. La séquence où David (Vincent Lacoste) découvre la scène du massacre est tout à fait représentative de la manière du cinéaste : sur son vélo, le jeune homme progresse doucement dans la quiétude d’une après-midi ensoleillée. Puis il arrive dans un bois, lieu habituel de pique-niques, où il découvre, d’abord incrédule, des corps éparpillés, ensanglantés, la panique et les larmes.

Amanda (Isaure Multrier) est la nièce, désormais orpheline, de David. Sa mère (Ophélia Kolb), qui s’en occupait seule, est morte sous les balles des assassins. La fillette et le jeune homme se retrouvent seuls, démunis et face à face, secoués par un chagrin dont Mikhaël Hers montre sans outrance les débordements.

Il reste 47% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents