Évry : la faute de la gauche unie ?

Le groupe FI de l’Assemblée nationale n’accueillera finalement pas Farida Amrani, candidate dans l’Essonne.

Ils partirent 17… et resteront 17. « Ce résultat est une déception », admet Manuel Bompard, en charge des campagnes de La France insoumise (LFI). Le groupe de l’Assemblée nationale n’accueillera finalement pas Farida Amrani, candidate pour la législative partielle de l’Essonne. Ce sera Francis Chouat, actuel maire d’Évry, successeur de Manuel Valls, ancien du PS, candidat désigné d’une partie des maires de droite de la circonscription et soutenu par la République en marche – lourd CV s’il en est – qui passera les portes du palais Bourbon. Au soir du premier tour, marqué comme le second par une abstention massive (83 %), la victoire semblait déjà mal engagée pour Farida Amrani, arrivée deuxième derrière le maire d’Évry, qui l’emporte finalement avec 59,1 %. La candidate, battue seulement de 139 voix en 2017 face à Valls, n’est pas parvenue à inverser la tendance, en dépit du soutien du candidat PCF Michel Nouaille et de l’appui du fondateur de Génération·s, Benoît Hamon.

Il reste 63% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Boiron : les salariés s’estiment victimes des mauvais choix de l’entreprise

Éco/Social accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents